Feel Good

Rendez-vous beauté avec moi-même

Cette rubrique est importante pour moi qui ai travaillé plus de 20 ans dans l’univers de la beauté et 5 ans dans celui de la mode!
Ce que j’ai envie d’y mettre vient donc de cette expérience et des influences de personnes rencontrées…
Celles qui ont déclenché le « petit déclic » qui change tout…
Une autre façon de voir et/ou de grandir. 
C’est d’elles dont j’ai envie de vous parler!

 

Ce titre, j’y tenais même s’il n’est pas très explicite, et je vais vous expliquer pourquoi.

La première fois que j’ai entendu l’expression « j’ai rendez-vous avec moi-même », j’étais assise dans un bureau face à mon président, dans une prestigieuse maison de beauté parisienne, en train d’organiser une interview avec une journaliste de la presse féminine.

Autant vous dire que je n’ai pas osé lui demander de précisions sur sa réponse, ai proposé un autre créneau horaire et  et suis ressortie « transformée en point d’interrogation »!

Mais, je trouvais l’expression jolie et petit à petit, elle a pris du sens jusqu’à me donner envie de « prendre des rendez-vous avec moi même ».

Sous quelles formes? Celles de soins, massages et autres papouilles relaxantes
Avec quelle motivation? Si ma tête allait mal (difficultés chroniques à concilier vie privée et vie professionnelle), m’occuper de mon corps était bien…
Je pensais que cela rétablissait un certain équilibre!?
On se rassure parfois comme on peut! 

Mais aujourd’hui avec le recul, je pense que j’ai eu raison.
Je suis passée à travers quelques « pétages de plomb » justement à cause de ces «pauses personnelles ».

Oui au temps pour soi!


Belle & bien!

Une personne a totalement changé ma perception de la beauté.
Elle s’appelle Sophie Dugué et a créé la marque UNE Natural Beauty.
Pendant 7 ans j’ai travaillé avec elle sur la communication de la marque et de ses produits, privilégiant naturel, respect, différence

Un travail passionnant mais Sophie a placé la barre bien plus haute. Parce que sa marque, elle la vivait, sa philosophie, elle l’appliquait et qu’il n’était pas question de s’arranger avec les formules comme avec les mots…
Du pur marketing, on est passé à une autre dimension avec un engagement et une exigence rare.

Irrésistiblement, mon regard a changé et j’ai commencé à ne plus avoir envie de mettre certains ingrédients sur ma peau pour mieux la laisser respirer ou de suivre certaines tendances ou diktats de la beauté... 
(non, le orange sur les paupières ne va pas à tout le monde! ) 

unnamed
Sophie Dugué

J’ai rééquilibré mes valeurs.
Et le  « belle et bien » est devenu indissociable.

Oui aux efforts pour « être soi-même en mieux », mais sans se faire du mal, ni se trahir!

 

Doigts de fées

Ce sont les mains de deux dames de la beauté, Anne Guilmard, make-up artist et Sylvie Deleye, formatrice et maquilleuse, rencontrées chez Bourjois.

PC 77276 No 54
Anne Guilmard

Ce sont aussi leurs regards bienveillants sur la beauté des femmes, la vraie beauté, celle de chaque visage dans ses différences. 

Le décryptage, la patience, l’échange pour amener sans la forcer une femme à poser un nouveau regard sur elle-même.

Dessiner, gommer, équilibrer, souligner… tout en petites touches pour finalement révéler une beauté qui avait toujours été là.
Ce sont enfin les sourires des femmes maquillées, ravies devant l’image que le miroir leur renvoie.

Ces petits riens, que l’on dit à tort frivoles, contribuent pourtant à la bonne humeur et à la confiance en soi.
Des petites béquilles pour que la vie soit plus facile, même lorsqu’on a d’immenses cernes sous les yeux…

Oui, la beauté ce doit être doux et joyeux!

Amour de soi

C’est un cap difficile à franchir car, comme me le fait remarquer Lida, ma prof de yoga et de pilates, il n’existe pas de juge plus sévère que nous, vis à vis de nous-mêmes.

Lida H
Lida H

En Occident, nous confondons amour de soi et égoïsme, poursuit-elle, pourtant ce sont des choses bien différentes.
Lors de mon premier cours, elle nous a demandé de penser à nos pieds, nos pauvres petits pieds auxquels nous faisons subir toute sorte de supplices…
Ne pouvait-on pas penser à eux avec un peu plus de bienveillance alors qu’ils nous portent et sous supportent enfermés, déformés, fragilisés à longueur de journée. 

"C’est pas faux" mais j’avoue avoir eu un peu de mal à me concentrer sur eux!
Et puis c’est venu, doucement, et après les pieds, ce sont d’autres parties de mon corps que j’ai commencé à considérer différemment, à accepter et à aimer. 

Un corps, le mien et je n’en ai qu’un. Alors autant bien m’en occuper!

Oui, je prends le temps de respirer, écouter, ressentir…

M’aimer un peu plus … et méditer bientôt!